Entre possibilité et réalité Rapport du secrétaire général Bünker à l’Assemblée générale de la CEPE

Se cantonner dans le domaine du possible sous prétexte que tout pourrait aussi être autrement : ce n’est pas selon ce principe que la CEPE doit s’atteler à ses tâches et organiser sa méthode de travail. Tel est l’avis exprimé par l’évêque Michael Bünker, secrétaire général, dans son rapport à l’Assemblée générale de la Communion d’Églises protestantes en Europe, réunie pour sa deuxième journée de session à Florence.

En rappelant les vingt-neuf mandats que l’Assemblée générale réunie à Budapest en 2006 avait confiés au Conseil et au Secrétariat, l’évêque Bünker a souligné l’importance accordée à la participation de personnes jeunes aux travaux de la CEPE. Deux études (« Stand Up for Justice » et « Ecclesia semper reformanda ») ont été présentées à l’Assemblée à Florence. Elles ont pour auteur des théologiennes et des théologiens dont la moyenne d’âge est de 30,2 ans. Pour la première fois à Florence, avec le soutien de l’Église de Norvège et en collaboration avec le Centro Melantone de Rome, un programme d’aide à l’intendance a été mis sur pied, qui permet à dix-huit jeunes gens de neuf pays – des étudiants et étudiantes en théologie pour la plupart – de participer activement à l’Assemblée. De jeunes stagiaires et pasteurs envoyés et financés par leur Église fournissent un appui au Secrétariat à Vienne et lors de la participation de la CEPE à des rencontres et colloques internationaux.

L’Assemblée de Budapest avait également mis l’accent sur le domaine de la formation, dont il a été tenu compte premièrement par la publication d’un livre et deuxièmement par une consultation. « Le travail dans le domaine de la formation est très important pour nous, et en particulier les écoles protestantes, qui sont une contribution appréciable du protestantisme à l’Europe de demain, a souligné le secrétaire général. Il appartiendra au nouveau Conseil de définir les étapes suivantes. »

L’évolution du travail des groupes régionaux au cours des dernières années a été particulièrement réjouissante. Aux groupes « Sud-est » et « Nord-ouest » qui existaient déjà en 2006 est venue s’ajouter la Conférence des Églises riveraines du Rhin. Un groupe Nord est en train de se constituer, qui pourrait devenir le forum de rencontre des Églises membres de la CEPE dans les îles britanniques. La Conférence des Églises protestantes des pays latins d’Europe (CEPPLE) a d’ores et déjà manifesté son intention de se constituer groupe régional de la CEPE. « Pour des Églises très minoritaires dans les pays de langues romanes, c’est un moyen de renforcer la communion entre elles et de resserrer leur lien avec le protestantisme européen ».

Le secrétaire général Bünker a terminé son propos devant l’Assemblée en évoquant le personnage principal du roman de Robert Musil, « L’homme sans qualités » : un homo optionalis, resté cantonné dans le domaine du possible. « Ce qui lui manque à mon avis, c’est l’Évangile, qui est plus effectif que toute réalité accessible à l’expérience. Que nous ayons la possibilité et le devoir de parler de cet Évangile à tous les homines optionales qui cherchent à comprendre et à s’orienter est à mon sens un cadeau particulier. Aussi diverses que soient nos Églises, nous ne sommes qu’un dans cette mission. »

ABOUT THE AUTHOR
0 Comment(s) to the "Entre possibilité et réalité Rapport du secrétaire général Bünker à l’Assemblée générale de la CEPE"
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme