Solidarité en acte et unité dans la diversité

Présidium de la CEPE à propos de la Journée de l’Europe du 9 mai

Solidarité en acte et unité dans la diversité:
Déclaration du Présidium de la CEPE à propos de la Journée de l’Europe du 9 mai 

Faisant mémoire de sa propre évolution historique encourageante, en tant que communauté d’Eglises européennes, et face à la crise profonde qui secoue l’Europe, le Présidium de la Communion d’Eglises protestantes en Europe rappelle le courage et la vision d’avenir de la déclaration de Schuman du 9 mai 1950. Lors de sa réunion à Hambourg le Présidium de la CEPE a publié la déclaration suivante: « Cinq années après la fin de la 2nde Guerre mondiale et ses effets dévastateurs sur l’Europe et le monde entier, Robert Schuman, ministre des affaires étrangères de la France, soumettait un plan aussi  visionnaire qu’englobant que celui d’une Communauté de l’industrie du  charbon et de l’acier en Europe.  Et il s’engageait à fond en faveur d’une paix solide et résistante et une convalescence économique de l’Europe. Avec la réalisation de cette idée par les six Etats fondateurs le processus d’intégration européenne a pris forme et constitue jusqu’à nos jours la base de la paix et de prospérité dans l’Union Européenne. »
 
Aujourd’hui il faut redouter le risque, dit le Présidium de la CEPE, de voir des gens déçus se détourner de l’Europe unie pour se replier sur leur espace vital national et étroit. Si l’intégration européenne devait être ressentie davantage comme un fardeau que comme un progrès, il pourrait en résulter de nouvelles divisions, frontières et lignes de fracture en Europe. La déclaration Schuman appelait à une  « Solidarité en acte », qui impliquerait la vision d’une Europe commune, sans perdre de vue la dimension mondiale. Lancer le défi d’une telle solidarité en acte reste d’actualité, comme il l’était à l’époque, remarque le Présidium de la CEPE: « La solidarité implique aussi le fait d’assumer des responsabilités sur une base de réciprocité. Ce qui était possible dans l’Europe d’après-guerre ne saurait être mis en question aujourd’hui. »
 
En ce qui concerne la Communion d’Eglises protestantes en Europe elle-même, elle commémore cette année son  40ème  jubilée.  En signant en 1973 la Concorde de Leuenberg  les Eglises signataires ont affirmé que les divisions centenaires entre Eglises protestantes étaient surmontées. La CEPE se comprend et vit sa communion européenne d’une centaine d’Eglises avec quelques 50 millions de membres comme une « unité dans la diversité »  – un modèle  également applicable à d’autres secteurs de la société, telle est la conviction du Présidium de la CEPE.  
 
Le Présidium relève le fait que « dès sa fondation, la Communion d’Eglises protestantes en Europe s’est engagée en faveur d’une Europe unifiée. »  « C’est précisément au moment où l’Europe passe par une crise grave et que tant de personnes, notamment des jeunes, en subissent les conséquences,  que nous nous faisons forts de chercher à nouveau,  avec clairvoyance et courage, une solution commune à l’échelon européen  favorisant  la paix et la prospérité pour tous. »
 
 
Le Présidium de la Communion d’Eglises protestantes en Europe CEPE:
 
Prof. Dr Friedrich Weber, évêque, Brunswick
Dr Klára Tarr Cselovszky, Budapest
Dr Gottfried Locher, Président du Conseil, Berne

ABOUT THE AUTHOR
0 Comment(s) to the "Solidarité en acte et unité dans la diversité"
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme