« Un appel à se recentrer sur l‘essentiel »

A l’occasion du 40ème Jubilé de la Concorde de Leuenberg le Conseil de la CEPE met en exergue la fonction de la Concorde comme invitation à revenir à l’essentiel. Dans le cadre de sa séance à Vienne le Conseil rappelle que la Concorde de Leuenberg demeure le document fondateur de la Communion d’Eglises protestantes en Europe, et il souligne l’importance durable et inchangée de celle-ci pour les relations extérieures des Eglises. « La Concorde de Leuenberg rappelle l’Eglise à se recentrer sur ce qui fait sa raison d‘être », dit le Conseil dans sa prise de position. L’Evangile est le centre de tous les énoncés des Eglises, il est l’origine de leur existence et le fondement de leur unité.

La Concorde est également un appel à la réconciliation et à un développement constant de l’œcuménisme. Elle nous incite à réexaminer les condamnations doctrinales réciproques du passé pour vérifier si celles-ci s’appliquent encore à la doctrine actuelle du partenaire en question et si les Eglises concernées peuvent encore justifier le maintien de la séparation ecclésiale. Cette approche a fait ses preuves dans les dialogues interconfessionnels. Le modèle de la communion ecclésiale de Leuenberg, à savoir « l’unité dans la diversité réconciliée », a depuis 1973 servi de modèle d’application à d’autres contextes confessionnels et géographiques. Il a été choisi pour thème du dialogue entamé en février 2013 avec le Conseil pontifical pour l’unité.

Enfin, la Concorde de Leuenberg nous appelle à un service responsable dans le monde. Dans son engagement « pour la justice terrestre et la paix », comme le précise la Concorde dans l‘article 11, il s’agit pour les Eglises de la CEPE de coordonner de mieux en mieux leur engagement socio-éthique et à parler en public au nom des Eglises protestantes en Europe. C’est précisément par ces temps de crise qu’il importe de mettre en avant les fondements spirituels, culturels et sociaux de l’Europe.

Il y a quarante ans, le 16 mars 1973, que la « Concorde entre Eglises issues de la Réforme en Europe » (Concorde de Leuenberg) a été adoptée au Centre de rencontres du Leuenberg près de Bâle. Traduits en plusieurs langues, la Concorde est publiée à l’occasion de ce Jubilé dans une nouvelle édition trilingue (Allemand/Anglais/Français) par la maison Evangelische Verlagsanstalt, Leipzig. Pour les manifestations et les publications en relation avec le Jubilé veuillez consulter notre site Internet www.leuenberg.eu.

Voir en annexe le texte de la prise de position du Conseil de la Communion d’Eglises protestantes en Europe

Vienne, le 19 février 2013

***
Zur Gemeinschaft Evangelischer Kirchen in Europa (GEKE) – Leuenberger Kirchengemeinschaft haben sich 107 protestantische Kirchen in Europa (und in Südamerika) zusammengeschlossen. Lutherische, reformierte, unierte, methodistische und vorreformatorische Kirchen gewähren einander durch ihre Zustimmung zur Leuenberger Konkordie von 1973 Kanzel- und Abendmahlsgemeinschaft. Anschrift: GEKE-Geschäftsstelle, Severin-Schreiber-Gasse 3, 1180 Wien, Österreich, Tel.: +43.1.4791523.900, Telefax: +43.1.4791523.580, Email: office@leuenberg.eu, Internet: www.leuenberg.eu. Pressekontakt: Mag. Ingrid Monjencs, Tel. Mobil: +43.699.18878 052, Email: i.monjencs@leuenberg.eu.
19.02.2013 Ingrid Monjencs

Déclaration à propos du 40ème Jubilé de la Concorde de Leuenberg

Le 16 mars 1973, il y a quarante ans, la « Concorde entre Eglises issues de la Réforme en Europe » (Concorde de Leuenberg) a été adoptée au Centre de rencontres du Leuenberg près de Bâle. Depuis, ce sont plus de 100 Eglises luthériennes, réformées, unies et pré-réformées qui ont signé la Concorde, déclarant ainsi être en communion quant à la prédica-tion et à l’administration des sacrements. Elles se sont également engagées à rester en communion par le témoignage et le service. A l’occasion de ce Jubilé le Conseil de la CEPE tient à rappeler que la Concorde de Leuenberg demeure le document fondateur de la CEPE et il souligne l’importance durable et inchangée de celui-ci pour la vie des Eglises en Europe.

1. La Concorde de Leuenberg rappelle l’Eglise à se recentrer sur ce qui fait sa raison d‘être. Elle place l’Evangile en tant que « message de Jésus-Christ, le salut du monde » (CL 7) au centre de tous ses énoncés et rappelle ainsi aux Eglises l‘origine de leur existence et le fondement de leur unité.

2. La Concorde de Leuenberg appelle les Eglises à la réconciliation. Celle-ci implique un effort de compréhension et d‘entente mutuelles sur le plan théologique, selon le modèle des entretiens doctrinaux passés et présents. La réconciliation implique éga-lement un effort pour trouver, au sein de la communion ecclésiale, des voies et des moyens qui permettent de surmonter des conflits. En communiant ensemble en frères et sœurs à la table du Seigneur les Eglises font l’expérience d‘une communauté unie dans le culte rendu à Dieu. Par cette expérience elles se sentent toujours à nouveau encouragées à accomplir leur service dans le monde et à s’engager pour la justice et la paix.

3. La Concorde de Leuenberg en appelle au dialogue oecuménique. Elle incite les Eglises à vérifier, dans le dialogue avec d’autres Eglises, si les différences doctrinales ou les condamnations doctrinales s’appliquent encore à la doctrine actuelle du partenaire en question et si celles-ci peuvent justifier le maintien de la séparation ec-clésiale. Cette approche a déjà fait ses preuves lors d’autres entretiens interconfes-sionnels, par exemple à propos de la Déclaration commune sur la doctrine de la justi-fication de 1999, signée par l’Eglise catholique-romaine et la Fédération luthérienne mondiale.

4. La Concorde de Leuenberg rappelle aux Eglises « l’impératif de servir la communion œcuménique de toutes les Eglises chrétiennes » (CL 46). Le modèle de la communion ecclésiale de Leuenberg, à savoir « l’unité dans la diversité réconciliée », a depuis 1973 servi de modèle d’application dans d’autres contextes confessionnels et géographiques. Sur la base de la Concorde et d’une convention complémentaire les Eglises méthodistes en Europe ont ainsi pu signer leur adhésion à la CEPE. La dé-claration d’Amman des Eglises du Proche-Orient (2006) et la « Formula of Agree-ment » d’Eglises situées aux Etats-Unis sont autant d’exemples de l’impact élargi de la Concorde de Leuenberg. Et la relation entre la diversité réconciliée et l’unité visible est au centre du dialogue entamé en février 2013 entre la CEPE et le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité entre chrétiens.

5. La Concorde de Leuenberg appelle les Eglises au « service responsable dans le monde ». Ceci implique l’engagement « pour la justice terrestre et la paix entre les individus et entre les peuples » (CL 11). Les Eglises membres de la CEPE ont appris de mieux en mieux à coordonner leurs engagements socio-éthiques et à parler en public au nom des Eglises protestantes en Europe. 6. La réalisation de la communion ecclésiale n’est pas une tâche achevée, une fois pour toutes. Au contraire, elle place les Eglises constamment devant de nouveaux devoirs. C’est ainsi que la Concorde de Leuenberg appelle les Eglises à approfondir la com-munion déjà existante, de l’éprouver au feu des nouveaux défis et de la rendre fruc-tueuse pour le service dans le monde. C’est précisément par ces temps de crise qu’il incombe aux Eglises protestantes en Europe, en tant que communion, de mettre en avant les fondements spirituels, culturels et sociaux de l’Europe.

La Concorde de Leuenberg encourage les Eglises à prier les unes pour les autres, à se porter mutuellement secours et à adorer Dieu en commun par le culte.

« Confessant la vérité dans l’amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête, Christ » (Ephésiens 4,15)

ABOUT THE AUTHOR
0 Comment(s) to the "« Un appel à se recentrer sur l‘essentiel »"
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme