La forme et l’organisation des Eglises protestantes dans une Europe en mutation

Dans la Concorde de Leuenberg, des Eglises protestantes de traditions confessionnelles différentes se sont déclarées mutuellement en communion ecclésiale. Elles ont surmonté les condamnations doctrinales qui les ont séparées depuis le temps de la Réforme. Elles pratiquent la communion de chaire et d’autel et se servent d’entretiens doctrinaux pour approfondir leur consensus théologique. Elles manifestent leur communion par le témoignage et le service dans la vie des Eglises et des paroisses ainsi que par leurs activités et leurs études théologiques communes. Cependant, la communauté s’est donné pour tâche de développer la communion déclarée et de la mettre en pratique dans un contexte œcuménique et politique. Cette tâche concerne surtout l’organisation concrète de la communion ecclésiale au niveau européen, régional et local. En même temps se pose la question dans quelle mesure la Concorde de Leuenberg et les textes qui l’ont suivie font autorité pour les Eglises signataires. On l’a constaté lors de la 5ème assemblée générale de la Communion d’Eglises Protestantes en Europe en juin 2001, les Eglises membres doivent faire face aux exigences de l’intégration européenne. Il s’agit d’articuler et de faire entendre la voix commune du protestantisme dans le processus de transformation vers l’humanisation sociale de l’Europe et d’y mettre en valeur les perspectives réformatrices. Le progrès des technologies de communication a conduit au rapprochement des Eglises. Il est d’autant plus urgent d’entreprendre désormais des pas concrets en direction de la réalisation de la communion déclarée.

Afin de promouvoir cette mission, l’assemblée de Belfast a décidé d’aborder la question de la forme et de l’organisation des Eglises protestantes dans le cadre des entretiens doctrinaux et d’en charger un groupe d’études. L’assemblée a pris la décision suivante :

« Les questions d’organisation des Eglises protestantes sont subordonnées à leur fondement, posé dans l’œuvre de Dieu qu’est le salut en Jésus-Christ. Cette distinction entre le fondement de l’Eglise dans la foi et les différentes formes d’Eglises permet la liberté d’organisation. Elle nécessite en même temps l’échange théologique sur les critères de cette organisation et la prise au sérieux des questions d’organisation en vue de la réalisation et de l’approfondissement de la communion ecclésiale. De telles questions structurelles s’imposent à cause des processus de transformation qui sont à l’œuvre dans la société et dans les Eglises en Europe. Il importe dans cette étude de clarifier les marques spécifiques de la communion ecclésiale dans une perspective réformatrice. »

C’est en ce sens que le Comité exécutif a formulé les lignes directrices du projet. Les résultats de ce travail sont présentés dans ce qui suit.

Ils peuvent être regroupés selon quatre domaines qui seraient à traiter selon la décision de l’assemblée générale :

  1. Les critères de la compréhension de la forme et de la réalisation structurelle de l’Eglise et de la communion ecclésiale
  2. La Communion d’Eglises Protestantes en Europe dans le contexte des relations œcumé-niques en Europe
  3. L’Europe comme espace de vie et d’organisation de la communion entre Eglises pro-testantes
  4. Les perspectives du développement de la communication et de la coopération de la Com-munion d’Eglises Protestantes en Europe (CEPE).
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme