Dialogue interculturel: pas sans les religions

Le Conseil de la Communion d'Eglises Protestantes en Europe (CEPE) accueille favorablement le 'Livre blanc sur le Dialogue interculturel' récemment adopté par le Conseil de l'Europe.

La déclaration:

2008 est l’Année européenne du Dialogue interculturel. Le 7 mai, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, auquel appartiennent 47 Etats, a adopté un “Livre blanc” sur le dialogue interculturel qui décrit les principes des pays européens en la matière. Le Conseil de la Communion d’Eglises Protestantes en Europe (CEPE), qui s’est réuni à Paris du 30 mai au 1er juin, a bien accueilli les efforts du Conseil de l’Europe à propos du dialogue interculturel.

Le Conseil de la CEPE déclare que la diversité culturelle croissante de l’Europe nous met face à de nouveaux défis sociaux et politiques. Le dialogue interculturel n’est donc plus un phénomène marginal pour les sociétés européennes mais un processus qui se situe au centre de la société.

Les Eglises protestantes en Europe tiennent pour acquis que les droits humains, la démocratie et la force de la loi constituent la structure officielle pour le dialogue interculturel. Nous apprécions le fait que 47 Etats membres du Conseil de l’Europe aient été indubitablement clairs sur le sujet en adoptant le Livre blanc en Comité des Ministres.

Le Conseil de la CEPE apprécie le fait que dans le Livre blanc le Conseil de l’Europe s’attache longuement à l’importance des religions pour le dialogue interculturel. Nous sommes convaincus que la certitude de sa propre identité religieuse et la compréhension des convictions et des points de vue des autres sont des éléments importants dans le dialogue interculturel. Il est important que les religions ne soient pas juste considérées comme facteurs de conflit dans le dialogue interculturel. Nous voulons encourager le Conseil de l’Europe à constater la contribution positive apportée par les communautés de foi dans la vie quotidienne pour le bien commun dans les sociétés européennes.

L’identité de l’autre doit être respectée dans le dialogue interculturel. Mais celui-ci comprend également le droit de critiquer l’autre. Les Eglises de la Réforme se sont affranchies de la critique sur les conditions et les doctrines de l’Eglise actuelle et se sentent particulièrement engagées dans la liberté de foi et de conscience. Le droit des religions d’être capables de critiquer les autres religions ou les conditions sociales en public doit inclure leur bonne volonté à se remettre en question.

Dans le dialogue interculturel le Conseil de l’Europe démarre avec la dignité humaine de la personne. Ceci est en accord avec la vision protestante. Le droit à la liberté individuelle est indissociable de la responsabilité envers la société. Les forces qui cimentent nos sociétés doivent être renforcées.

La Communion d’Eglises Protestantes en Europe (CEPE) a publié une déclaration importante sur les délibérations du Conseil de l’Europe lors de la préparation du Livre blanc. Grâce à la Commission Eglise et Société de la Conférence des Eglises Européennes, la CEPE a pris part au processus d’élaboration de la publication du Livre blanc. Vous pouvez trouver la déclaration de la CEPE sur www.leuenberg.eu

Un “Livre blanc” contient des expériences et des propositions d’actions pour les Etats membres du Conseil de l’Europe sur des thèmes politiques spécifiques. C’est le produit final d’un processus de consultation dans lequel tous les groupes sociaux importants ont été associés.

ABOUT THE AUTHOR
0 Comment(s) to the "Dialogue interculturel: pas sans les religions"
followme
  • Twitter
  • Facebook

Cité européenne de la Réforme